La sophrologie a été créée dans le courant des années 60 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo (1932-2017).

 

Son objectif principal est de remettre le sujet en lien avec ses ressources intérieures, connues ou inconnues.

 

Féru de Grèce Antique, Alfonso Caycedo construit le nom sophrologie à partir d'une sémantique ancienne:

 

SOS pour Harmonie

PHREN pour Esprit, Conscience

LOGIA, LOGOS pour Etude

 

La sophrologie étudie la conscience humaine et les moyens pouvant la renforcer, la modifier en visant l'équilibre.

 

Au début de sa carrière, Alfonso Caycedo était chargé d’appliquer des électrochocs et des comas insuliniques provoqués pour tenter de soulager les maladies mentales. Il n’a eu de cesse durant toute sa vie de chercher une méthode plus douce, plus respectueuse.

 

 

Il s’inspire autant des avancées de ses contemporains psychiatres et philosophes que des techniques orientales du Yoga, du Bouddhisme tibétain que du Zen japonais. Il crée un outil cohérent et évolutif dont les avancées en neuroscience prouvent l’efficacité.

 

La méthode sophrologique commence par un travail sur le corps, retrouver la vie en nous, l’énergie, la force ; l’accueillir et la savourer. Apprendre à jouer, à jongler avec cette énergie, cette intelligence corporelle, pour l’ajuster, l’utiliser selon nos besoins de l’instant.

 

Eliane Laxague, une de mes formatrices, disait : Celui qui a conscience de l’intelligence de son corps et sait l’écouter peut tout traverser. J’ai toujours eu l’impression qu’elle vivait dans son corps comme s’il s’agissait d’un refuge, une place forte, un lieu sûr.

 

Ventre qui se tord, boule dans la gorge, douleur à la jambe… La sophrologie permet d’apprivoiser et même d’évacuer totalement certaines sensations et émotions.

 

Mieux encore, elle permet de choisir « son climat intérieur », de « colorer son humeur », d’activer des sensations et émotions porteuses. Un peu comme si nous avions un nuancier, une palette d’émotions et de sensations et que nous pouvions activer ce dont nous avons besoin dans l’instant.

 

C’est pourquoi la sophrologie rend autonome, responsable et authentique.

 

Quand le corps est devenu un refuge commence le travail sur l’intelligence émotionnelle, puis l’intelligence intuitive et transcendante.

 

Sophrologie et relaxation sont encore souvent confondues. La sophrologie apporte bien évidemment détente et bien-être, mais elle va beaucoup plus loin. Le travail s’effectue d’ailleurs sur une chaise, car dans la vie, c’est rarement en position couchée et confortable que nous devons gérer notre stress et nos émotions…